La semaine sainte à l’église du Voeu.

La Semaine Sainte, appelée aussi Grande Semaine, est au centre de toute notre foi chrétienne et de notre liturgie.

Le programme de la semaine Sainte à l’Eglise du Voeu

Mercredi Saint, 1 avril :
– Journée du pardon avec Messe de la Réconciliation à 8h puis permanence de confessions toute la journée
– Grande veillée de réconciliation à 21h

Jeudi Saint, 2 avril :
– Laudes à 8h
– Mise en place de l’église (rdv à 9h, nous avons besoin de bénévoles)
– Office de la Sainte Cène à 19h puis nuit de prière au reposoir

Vendredi Saint, 3 avril :
– Laudes à 8h
– Chemin de Croix à 15h et à 17h pour les enfants
– Office de la Passion à 19h

Samedi Saint, 4 avril :
– Office des ténèbres à 8h
– Installation de l’église pour la Veillée Pascale (rdv à 9h, nous avons besoin de bénévoles)
– Veillée Pascale à 21h, suivie du repas pascal (chacun apporte accompagnement ou dessert à partager) et d’une marche dans la nuit avec messe à l’aurore à Saint Jean Cap Ferrat (pour les non marcheurs qui le souhaitent rdv au Vœu à 5h30 avec vos voitures pour participer à la messe et ramener les marcheurs ensuite)

Jour de Pâques, dimanche 5 avril :
Messe du jour de Pâques à 10h30 et 19h

Dimanche des Rameaux

Le dimanche des Rameaux qu la commence nous fait entrer avec Jésus à Jérusalem sous les acclamations de la foule. Il n’en ressortira que pour vivre sa Passion. Cette même foule demandera sa mort, sans savoir qu’il fallait que Jésus accomplisse ce “grand passage” pour ressusciter. Personne ne savait ce qui allait se produire. Ses apôtres eux-mêmes l’ignoraient malgré les annonces répétées de la Passion. A plus forte raison n’en connaissaient-ils pas le sens. Pourtant ils auraient à en témoigner ! Aussi Jésus, par des actes, les invite à entrer dans le mystère de sa Pâque.

Jeudi Saint

Ce soir là, Jésus et ses apôtres prennent le repas pascal. Ils mangent un agneau immolé, avec du pain non levé, symboles de ce qui s’était passé la nuit où le Seigneur avait libéré son peuple de l’esclavage des égyptiens. Mais le véritable agneau qui libère, “celui qui enlève le péché du monde”, c’est Jésus lui-même. Pour le signifier, il prend du pain : “prenez, mangez, c’est mon corps livré”. Il prend aussi une coupe de vin : “prenez, buvez, c’est mon sang versé pour la multitude en rémission des péchés”. C’est la première eucharistie, sacrement du corps et du sang du Christ, que nous renouvelons à chaque messe. Ce sacrement est remis entre les mains des apôtres : “vous ferez cela en mémoire de moi” (Lc 22/19) Faire mémoire du Christ, cela signifie reprendre ses gestes, mais aussi les accomplir dans le sens qu’il a voulu leur donner. C’est pour cela qu’il a lavé les pieds de ses apôtres : “Vous m’appelez ’Maître’ et ’Seigneur’, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous.” (Jn 13/13-15) A la messe de la Cène du Seigneur, le soir du Jeudi Saint, nous rappelons l’institution de l’eucharistie, l’institutions du sacerdoce et le sens donné pour le futur à ces deux sacrements.

Vendredi Saint

Toute la célébration de ce jour est centrée sur la Passion du seigneur. Il a donné sa vie pour manifester son amour pour les hommes : ” Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.” (Jn 15/13) C’est à cause de cet amour que nous prions aux grandes intentions de l’Eglise et du monde, dans l’espérance d’être exaucés. C’est la Grande Prière Universelle, modèle de toutes les autres. Aussi, la Croix prend une dimension nouvelle : elle est le signe de l’amour fou de Dieu pour les hommes. Dans notre célébration, nous vénérons la croix du Christ, elle qui a “porté le salut du monde”.